Faire de mai le mois de La Cerise
Un vrai mouvement citoyen de transition dans la Vallée du Gapeau, pour imaginer ensemble un avenir concret et positif
gapeau, vallée du gapeau, transition, gapeau transition, sollies-pont, sollies-ville, sollies-toucas, valaury, la farlede, la crau, la valette-du-var, la garde, hyeres, cuers, belgentier, meounes-les-montrieux, neoules, pierrefeu, rocabron, puget-ville, toulon, var,
43885
post-template-default,single,single-post,postid-43885,single-format-standard,cabin-core-1.0.1,woocommerce-no-js,select-theme-ver-3.1.2,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_background_opacity,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.4,vc_responsive
 

Faire de mai le mois de La Cerise

Faire de mai le mois de La Cerise

Prendre une seconde pour contempler…

 

Prenons le temps de nous poser une seconde pour contempler cette Vallée du Gapeau et la forte identité de territoire en transition, connue et reconnue à un niveau national, que nous avons su lui donner en l’espace de 3 ans.

 

Contempler notre aventure coopérative de la Cerise sur le Gapeau, l’épiCerise, le marché bio mensuel, et observer avec fierté ce que peuvent faire des citoyens lorsqu’ils partagent une volonté commune de changer le monde, à leur échelle.

 

Rob Hopkins, l’initiateur de la dynamique mondiale des territoires en transition que nous avons eu le privilège d’accueillir pour commencer une tournée nationale à la foire bio de la Farlède, nous propose de faire preuve d’imagination pour construire ensemble et de manière positive l’avenir de nos territoires. Nous pouvons dire, en toute modestie, que depuis le premier forum en mai 2016 « Produire et se nourrir autrement », nous avons débordé d’imagination pour en arriver là où nous en sommes. Et le vase de l’imagination déborde encore quand il s’agit d’envisager à présent le rêve initial de construire ce lieu de vie coopératif couplant un café culturel à une épicerie coopérative et participative.

Se remémorer en permanence les raisons qui nous ont poussé à agir : que voulons-nous vraiment ?

L’imagination n’est rien sans la mémoire

 

Mais l’imagination n’est rien sans la mémoire. Se poser pour contempler le chemin, c’est aussi se remémorer en permanence les raisons qui nous ont poussé à agir. Pourquoi faisons-nous cela ? Pourquoi consacrer tant d’énergie bénévole jusqu’à en arriver parfois pour certains à l’épuisement et le découragement ?

 

Et se poser régulièrement cette question comme une piqûre de rappel… Que voulons-nous vraiment ?

 

Si Nous, citoyens d’un territoire, pensons pouvoir changer le monde, notre monde, celui que nous laisserons aux générations futures, à travers nos actes de consommation, en maintenant le cap de proposer des produits ayant du sens et derrière lesquels il y a une histoire et une terre à respecter, alors il nous faut regarder notre Cerise comme un cadeau collectif que nous nous sommes faits pour y parvenir.

 

Si Nous citoyens d’un territoire, mesurons le rôle éducatif qu’est devenu celui de notre dynamique, pour réfléchir et changer collectivement nos habitudes de consommation, pour mesurer notre impact et valoriser les richesses de notre territoire, alors il nous faut regarder notre Cerise comme autre chose qu’un simple lieu de consommation.

Appropriez-vous La Cerise

 

Nous avons réussi l’impensable : concilier le prix juste à payer aux producteurs, aux artisans, et proposer des prix moins chers que dans tous les autres magasins bio ! Notre gamme de produits s’agrandit chaque semaine et bientôt, nous pourrons envisager de faire à la Cerise une grande majorité de nos courses. L’espace nous manque pour passer un cap et pouvoir répondre à la problématique du stockage. Nous y remédierons à travers ce nouveau lieu coopératif que nous vous invitons dès aujourd’hui à construire ensemble.

 

Il manque des maillons à cette belle chaîne solidaire ; l’accueil et le suivi de nouveaux adhérents dans la famille Cerise par exemple. Là encore, nous irons de l’avant grâce à l’implication de nouvelles locomotives volontaires pour s’approprier ces nouvelles dynamiques indispensables à la vie en groupe.

 

Que chacun « s’approprie un peu le bébé… » à sa manière, selon ses disponibilités. Être fier de construire ensemble une aventure qui a du sens. Voilà notre force : celle qui nous permettra de maintenir l’aventure malgré l’implantation de gros magasins bio sur le territoire ; celle qui nous permettra de construire la suite.

 

Et sur le podium des « parts de Cerise », la plus importante, celle que l’on place sans hésitation sur la première marche, est d’y faire ses courses.

Pour que mai devienne le mois de La Cerise !

 

Faisons du mois de mai le mois de la Cerise ! Mobilisons-nous pour notre Cerise, parce qu’économiquement elle en a grandement besoin, pour retrouver une spirale positive !

 

Invitons nos amis, nos collègues, notre famille à venir y faire ses courses !

 

Acceptons les difficultés, les maladresses, portons un regard bienveillant et respectueux sur toutes ces énergies bénévoles que nous avons su si bien mobiliser pour répondre avec professionnalisme aux tâches que demande une telle aventure collective !

 

Soyons fiers de ce que nous avons fait et faisons preuve d’imagination, de mémoire et d’organisation pour construire la suite !

 

En ces temps de grandes prises de conscience de l’urgence climatique, considérons la Cerise sur le Gapeau comme bien plus qu’un magasin… Elle est une fenêtre pour agir ensemble et changer le monde à notre échelle.

 

 

Julien Guimard

Président de la Cerise sur le Gapeau

Avatar
Gapeau Transition
contact@gapeautransition.org
Aucun commentaire

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.