Lancement du groupe sobriété
Un vrai mouvement citoyen de transition dans la Vallée du Gapeau, pour imaginer ensemble un avenir concret et positif
gapeau, vallée du gapeau, transition, gapeau transition, sollies-pont, sollies-ville, sollies-toucas, valaury, la farlede, la crau, la valette-du-var, la garde, hyeres, cuers, belgentier, meounes-les-montrieux, neoules, pierrefeu, rocabron, puget-ville, toulon, var,
43419
post-template-default,single,single-post,postid-43419,single-format-standard,cabin-core-1.0.0,woocommerce-no-js,select-theme-ver-3.1.1,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled, vertical_menu_hidden,vertical_menu_hidden_with_logo, vertical_menu_width_290,vertical_menu_background_opacity,smooth_scroll,side_menu_slide_from_right,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive
 

Lancement du groupe sobriété

Lancement du groupe sobriété

Le Groupe énergie est heureux de vous annoncer le lancement de son groupe de travail sur la sobriété !

 

 

La sobriété est bien souvent perçue comme synonyme de privation, mais en réalité, c’est une libération ! Pour vous en convaincre, nous vous partagerons à chaque newsletter des expériences de sobriété, qui nous l’espérons, vous serons inspirantes.

 

Mais essayons de mieux cerner cette notion à l’aide de l’association négaWatt qui place la sobriété comme point de départ dans son scénario de transition énergétique :

Cette démarche nous invite à nous interroger avant tout sur nos besoins, sur leur importance réelle ou supposée, ainsi que sur les priorités que nous pouvons établir entre eux.

Comment minimiser nos besoins

 

Le but étant de chercher à minimiser nos besoins, notamment en énergie, avant de chercher comment y répondre. Cette minimisation passe soit par :

  • une réduction du dimensionnement des systèmes que nous utilisons (se contenter d’une petite voiture) ;
  • une réduction du niveau d’usage (baisser la température de chauffage) ;
  • une organisation différente, notamment vers la coopération (mise en commun de machines à laver).

 

C’est en ce sens que cette démarche s’inscrit dans l’action du groupe énergie, car rappelons aussi que l’énergie la plus propre (et la moins coûteuse, pour nous et pour la planète) est celle que nous ne consommons pas ! Les scénarios de transitions énergétiques montrent d’ailleurs que les besoins énergétiques actuels ne peuvent être assurés uniquement avec des sources d’énergies renouvelables. La sobriété est donc incontournable pour nous aider à les réduire.

 

Prendre conscience de leurs impacts

 

Une bonne manière de nous interroger sur nos besoins est de prendre conscience de leurs impacts. Par exemple, quelle pollution est engendrée lorsque je me chauffe, j’allume mes lumières ou prends ma voiture. En fonction de cet impact, ai-je réellement besoin de le faire ? Puis-je m’en passer ? faire autrement ? limiter cet impact ?

 

A ce titre, une manière efficace de réaliser l’impact de nos actions quotidiennes sur le réchauffement climatique est d’estimer son impact carbone individuel notamment avec l’outil MicMac.

 

Nous vous incitons vraiment à faire ce bilan, pour prendre conscience de votre impact, vous rendre compte qu’il suffit parfois de tout petits gestes pour le minimiser, et pour avoir le plaisir, six mois ou un an plus tard de le refaire et de mesurer vos progrès !

 

Remettez vos besoins en question !

 

Au vu de votre bilan, vous pourrez alors questionner certains de vos besoins et les classer selon les catégories suivantes :

  • indispensables
  • utiles
  • convenables
  • accessoires
  • futiles
  • extravagants
  • inacceptables

 

Ce classement nous permet de faire le tri, de nous recentrer vers l’essentiel.

 

Ensuite, faire preuve de sobriété, afin de minimiser notre impact, implique de repenser nos comportements individuels et collectifs en conséquence, pour aller vers des usages raisonnés (par opposition à l' »ébriété » énergétique). Cela peut aller à l’encontre des tendances actuelles, mais surtout, cela ouvre de nouvelles perspectives tout aussi stimulantes, si ce n’est plus ! La sobriété nous invite à passer de la société du toujours plus à celle du toujours mieux.

 

C’est en tout cas ce à quoi nous vous inviterons régulièrement…

Episode 1 : cobaturer et partager

 

Nos voitures coûtent cher et restent souvent au garage. Bien sûr, elles ne consomment pas pendant ce temps, mais leurs empreintes écologiques restent énormes. La fabrication est gourmande en énergie et nécessite des matières premières souvent polluantes ou destructrices. En cours et en fin de vie, les déchets occasionnés sont peu recyclables et ils s’entassent, encombrent et polluent durablement.

 

De plus en plus de personnes trouvent aujourd’hui des solutions pour bonifier et mieux utiliser leurs véhicules, par exemple le covoiturage ou le partage. Cela demande bien sûr de ré-envisager un peu nos habitudes et nos modes de vie. Mais on est souvent surpris de constater à quel point c’est facile et comme finalement c’est beaucoup mieux après.

Le co-baturage, expérience vécue, ça peut aussi permettre de rejoindre la Corse en voilier depuis Hyères

Mon histoire commence en 1998. Elle parle de balades en mer, de pêches, de baignades… du bonheur d’être en mer. Notre rêve… Pour le vivre pleinement nous voilà en quête d’un beau Zodiac rouge.

 

Une voiture roule moins de 3% de son temps de vie ! Alors un bateau ! Pourquoi pas un achat partagé, solidaire, amical ? Aussitôt proposé aussitôt adopté, il y aura deux capitaines à bord.

Et, « aussi sec » , nous voilà partis, pour notre première sortie, sur une mer déchaînée avec des creux de plus d’un mètre. Vite un petit coin d’abri pour partager la tarte aux abricots et le thé à la menthe… Arrosage mémorable…

 

Bien sûr au départ, un des intérêts était de diviser par deux l’investissement. Mais ce que nous avons gagné valait infiniment plus. Tous ces bons moments partagés, ces aventures et aussi ces mésaventures, les balades entre amis, les parties de pêche en famille… Le plaisir de mettre en commun les compétences, les envies, pour entretenir, réparer, améliorer…

 

Au bout du compte, une grande émotion et une grande fierté de fêter nos vingt ans de cobaturage !

 

Cette année, le flotteur n’en peut plus, il nous faut le changer. Mais l’équipe tient bien et pour l’occasion elle s’agrandit, une troisième famille monte à bord ! Il va falloir trouver une troisième casquette de capitaine !

 

Comme le cobaturage fonctionne si bien, crée des liens simples et forts, nous réfléchissons maintenant à un nouveau projet… une voiture à partager…

Pour aller plus loin :
Si vous aussi voulez partager une belle expérience de sobriété ou simplement réagir à celle-ci, contactez-nous : lo_fray@hotmail.com
Avatar
Gapeau Transition
contact@gapeautransition.org
No Comments

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.